Figures I by Gérard Genette

By Gérard Genette

Show description

Read or Download Figures I PDF

Similar children's books books

The Big Boasting Battle

Publication by means of Hans Wilhelm

My Big Book of...Things That Go

Good padded e-book that may be loved by way of little ones time and again. Padded covers, sturdy pages, dynamic, colourful illustrations and pictures with kid-friendly dimension and form make it excellent for kids who're able to discover books all alone.

Recollections of the Emperor Napoleon

Reminiscences of the Emperor Napoleon : through the first 3 years of his captivity at the island of St. Helena: together with the time of his place of dwelling at her father's apartment, "The Briars,"

Extra resources for Figures I

Sample text

Mais aussi parce que le vif éclat, qui se rapporte logiquement aux rose$ puisqu'on s'émerveille de sa persistance, conviendrait mieux aux saphirs; en fait il s'agit bien de l'éclat des roses, mais cet éclat est vif comme celui d'une pierre : la rose a troqué ses pétales contre une corolle de facettes, elle ne s'épanouit plus, elle est sertie, et brille d'un éclat emprunté. Ce dont s'enchante Tristan : 1. ~ainard, 2. la Bell, Vieille. Tristan, les Agréables Pe/lIén ;1 FIGURES 1 Oh 1 que ce réconfort Jlatte mes rêveries, De voir comme les Cieux pour faire ma prison Mirmt des fleurs en œuvre avec des pie"eries!

Lettre à la Comtesse de Noailles. Corr. Il, p. 86. « L'OR TOMBE SOUS LE FER » La poétique baroque semble au contraire, et par vocation, réfractaire à toute assimilation de cet ordre. Nous retrouvons bien sur les joues de ses Phyllis et de ses Amarylles les roses de Ronsard, mais elles ont perdu tout leur parfum, et avec lui tout leur pouvoir d'irradiation : Roses et Lys, Roses et Œillets, Œillets et Lys disposent sur le visage de ces Belles un système de contrastes réglés et sans nuances. Ces fleurs pimpantes qu'aucune sève n'habite, qu'aucune corruption ne menace, On ne voit point tomber ni tes Lys ni tes Roses 1, ce ne sont plus des fleurs, à peine des couleurs : ce sont des Emblèmes qui s'attirent et se repoussent sanS se pénétrer, comme les pièces d'un jeu rituel ou les figures d'une Allégorie.

879. 4. Le temps perdu n'est pas chez Proust, comme le veut un contresens fort répandu, le « passé », mais le temps à "état pur, c'est-à-dire en fait, par la fusion d'un instant présent et d'un instant passé, le contraire du temps qui passe: l'extra-temporel, l'éternité. j. III, p. 871. « Comme si, dit plus nettement encore un passage· de Jean PROUST PALIMPSESTE il trouve « sa subsistance, ses délices », il « s'éveille, s'anime en recevant la céleste nourriture qui lui est apportée 1 ». Ces expressions, dont l'accent mystique est caractéristique, suffisent à montrer l'importance de ce qui est en jeu; elles montrent aussi sous quelles espèces Proust se représente l'essence des choses : il s'en délecte, il s'en nourrit, il se l'incorpore; ce n'est pas une abstraction, mais une matière profonde, une substance.

Download PDF sample

Rated 4.95 of 5 – based on 23 votes